Le Francophone.

16 juillet 2018

RD Congo : la subjectivité politique en panne

LE FRANCOPHONE PLUS 16 juillet 2018

Par Jean Bonsenge


Partis pol RDC

Dépourvues d’idéologies politiques, les formations politiques en République démocratique du Congo (RDC) ont tendance à se liguer en plateformes politiques ou agglomérations politiques en vue de ratisser large. Les conservateurs, les libéraux, font pacte avec les socialistes et les socio-démocrates et vice versa.  Au mois de mai dernier la CENI a répertorié 77 plateformes politiques et 599 partis politiques. La classification des familles politiques traditionnelles droite, centre, gauche n’a pas encore vu le jour. Et ceci complique l’équation aux électeurs sur quel parti politique ou quelle idéologie politique faut-t-il apporter leur suffrage lors de scrutins. Les deux dernières-nées plateformes politiques sont les Républicains Indépendants et Alliés et le Front Commun pour le Congo (FCC). La première a comme autorité morale, Léon Kengo Wa Dodo, l’actuel président de la chambre haute du Parlement en RDC, la seconde est chapeautée par Joseph Kabila, Chef de l’État en exercice. La signature de la Charte constitutive du FCC, le 1er juillet a connu une adhésion massive des partis politiques animés par certains leaders de proue de la scène politique congolaise, Bruno Tshibala l’actuel premier ministre, Ruberwa, José Makila et bien tant d’autres. C’est au nom du patriotisme que beaucoup y ont adhéré, a lancé Dr. Félix Kabange Numbi, ministre de son état. Pourtant le processus démocratique actionné le 24 avril 1990 par le feu maréchal Mobutu devrait déjà permettre au pluralisme politique d’asseoir les familles politiques classiques. Il faudrait encore attendre des décennies pour avoir une telle configuration politique en RDC : droite, centre et gauche. Qu’à cela ne tienne, l’attitude des votants lors des élections précédentes en RDC a démontré qu’ils jettent leur dévolu sur la personne et non sur l’idéologie ou l’appartenance à un parti politique ou à une plateforme politique. Voter pour la personne candidate est bon pour le maintien du statu quo mais néfaste pour l’alternance démocratique. La subjectivité politique est la manière par laquelle un acteur politique se présente au public pour solliciter son adhésion à son discours, projet de société et/ou programme. 

 

Posté par lefrancophone à 23:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Irlande : Michael D. Higgins pour un second mandat

LE FRANCOPHONE PLUS 16 juillet 2018

Par Jean Bonsenge


mdproud1

Comme il fallait s’y attendre Michael D. Higgins, le président irlandais en exercice briguera un second mandat, à sa propre succession, a annoncé un communiqué émanant de la présidence de la république.  Mr. Higgins va se représenter en candidat indépendant en vertu de l’article 12.4 de la Constitution du pays. La convocation de l’élection présidentielle est prévue au plus tard le mois de novembre 2018. Cependant à son élection, comme président de la république, en 2011, il avait rassuré ne pas avoir l’intention d’être à la tête du pays pour deux mandats.  La situation du pays n’étant plus la même que celle de 2011 justifie la requalification de son engagement. Il faut noter ici, le Brexit, la sortie officielle du Royaume-uni de l’Union Européenne au mois de mars 2019 doit être inclue dans l’évolution de la situation en Irlande, dont le président motive sa décision. Le renouvellement de la frontière entre le nord qui fait partie de l’Angleterre et le sud du pays, la république qui reste dans l’Union Européenne ; les échanges commerciaux entre les deux en sont les quelques conséquences logiques. D’ailleurs apprend-on il y a défection au sein du gouvernement de Sa Majestée dirigé par Theresa May. Dans 9 jours, 9 ministres parmi lesquels figure le bouillant Alexandre (« Boris ») Johnson, secrétaire aux affaires étrangères, et ancien Mayor de London, ont claqué la porte sur fond de Brexit, rapporte telegraph.co.uk. Le développement politique à l’intérieur du pays et le Brexit et ses impondérables pourraient avoir influencé la décision du président de se représenter. L’opinion publique est favorable pour sa réélection. Mr. Higgins a aussi reçu l’acquiescement des autres partis politiques comme le Labour Party et Fianna Fáil. Fine Gael suivra la même voie. Quelques candidats déclarés pour occuper la Áras an Uachtaráin (résidence présidentielle) sont Gerard Graughwell (sénateur), Pádraig Ó Céidigh (sénateur indépendant et homme d’affaires), Joan Freeman (indépendant) et la candidature attendue d’un membre de Sinn Féin parti cher à Gerry Adams, en retraite et dirigé actuellement par Mary Lou McDonald. Le Président Michael D. Higgins a toutes les chances d’être réélu pour un second septennat. Le rendez-vous est donc pris vers la fin de l’année.

Posté par lefrancophone à 23:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mondial 2018 : La France sacrée Championne du monde

LEFRANCOPHONE 15 juillet 2018

Par Jean Bonsenge

Finale Mondial 2018 France Croatie

Pour la seconde fois de son histoire du football, la France vient d’être sacrée championne du monde dimanche 15 juillet à Moscou en battant la Croatie (4-2). Dans un terrain conquis à sa cause la Croatie a dominé le jeu de bout en bout mais n’a pas pu convertir ses multiples occasions aux buts pour réduire le score imposé par les Bleus. Les joueurs de l’équipe de France  ont eu une tactique marquer les buts mais pas dominer le match, et çà a payé. Antoine Griezmann, Paul Gbopa, Kylian Mbappé ont tour à tour inquiété le gardien croate. L’heure est à la célébration et l’euphorie du 13 juillet 1998 est donc au rendez-vous dès le retour des Bleus en France, demain, lundi, 16 juillet.

Posté par lefrancophone à 00:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2018

Mondial 2018 : Tous derrière les Bleus

LE FRANCOPHONEPLUS 14 juillet 2018

Par Jean Bonsenge

France Belgique Mondial 2018 Russie

Après avoir arraché son billet pour la finale de la coupe du monde de football 2018 en Russie, l’équipe de France affrontera la Croatie dimanche 15 juillet au stade Luzhniki à Moscou. Les hommes de Didier Claude Deschamps, disciplinés comme un tout, ont livré mardi dernier un match époustouflant contre les Diables Rouges de la Belgique, une équipe aussi très soudée. Après un score vierge au premier mi-temps, le but de la délivrance des tricolores et l’unique de la demi-finale entre la France et la Belgique, est arrivé inexorablement à la 51e minute.  Un corner centré par Antoine Griezmann est transformé en un but, à la suite d’un coup de tête de Samuel Umtiti. La France à toutes les chances de gagner la coupe du monde, 20 ans après, pour que les fans des Bleus et tous les francophones revivent l’euphorie de 1998, lorsque Zidane et les siens ont ramené la coupe à l’Hexagone. Les Bleus ont donc le soutien tous azimuts de tous les francophones.

 

 

 

Posté par lefrancophone à 01:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2018

Moïse Katumbi : la « télépolitique » marche !

LE FRANCOPHONEPLUS 09 juillet 2018

Par Jean Bonsenge
images[5]

En exil forcé, où il se trouve, à Bruxelles, Moïse Katumbi continue de bien gérer sa plateforme politique Ensemble pour le changement comme s’il était, sur place, en RDC. Mercredi, 03 juillet, il a nommé les membres de son cabinet dans lequelOlivier Kamitatu, ancien président de l’Assemblée nationale, RDC, en est le chef. Lundi dernier, l’autorité morale d’Ensemble avait dit être prêt quant à la présentation des candidats de sa plateforme à tous les niveaux de l’électorat convoqué depuis le 23 juin dernier, par la CENI. Lui-même étant candidat président de la république déclaré aux élections de décembre 2018. Un autre aspect qu’il faut relever dans la composition du cabinet de l’ex-gouverneur du Katanga est qu’elle respecte l’article 14 de la Constitution de la RDC qui statut sur la parité : « La femme a droit à une représentation équitable au sein des institutions nationales, provinciales et locales. L’État garantit la mise en œuvre de la parité homme-femme dans lesdites institutions. » Un cabinet composé de 46 membres parmi lesquels 23 femmes et 23 hommes reflète cette disposition constitutionnelle. S’il advenait que Moïse arrive aux affaires de l’État, la promotion de l’égalité de genre connaîtrait une avancée significative. Il tablera bien sûr sur la ligne de base tracée par ses prédécesseurs à savoir, Stratégie nationale de lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre, Plan national du genre, Plan régional pour la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, Plan d’action pour l’application de la même résolution et Plan stratégique genre et élections de la CENI. En un artisan de la bonne gouvernance dont la démonstration a été faite au Katanga, l’autonomisation économique de la femme congolaise sera au centre de son action. En attendant son retour tant attendu et hypothétique en RDC, il mise sur la « télépolitique », qui marche d’ailleurs.

 

Posté par lefrancophone à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 juillet 2018

Irlande : Ordination femmes-prêtres et mariage prêtres

LE FRANCOPHONEPLUS  02 juillet 2018 

Par Jean Bonsenge

JS4

Le Pape François effectuera une visite papale en Irlande au mois d' août 2018. Les billets d’entrée pour assister à l’évènement qui aura lieu au stade Phoenix Park à Dublin, capitale du pays, se distribuent très rapidement. A la veille de la visite du Pape, Josepha Madigan Walter, ministre de la culture dans le gouvernement du premier ministre Leo Varadkar, lance le débat sur l’ordination des femmes-prêtres et le mariage des prêtres. Tout est parti d’un incident à Church of Saint Therese, Mount Merrion parish, une église catholique au sud de Dublin. Le prêtre qui devait officier la messe a brillé par son absence. La ministre de la culture était parmi les paroissiens, qui étaient venus assister à la messe, elle s’est improvisée officiant du culte et a conduit une série de prières avec les membres de la congrégation en lieu et place du prêtre absent.  Commentant cet incident à la radio nationale RTE, elle a déclaré que le moment était venu pour que l’église Catholique ordonne les femmes-prêtres et autorise aux prêtres de se marier. La ministre a été soutenue par son chef du gouvernement, le premier ministre Leo Varadkar,il a ainsi déclaré : « je crois à l’égalité de toutes choses y compris à l’endroit du travail et ceci devrait inclure l’autorisation des prêtres de se marier et l’autorisation des femmes de devenir prêtres ». L’État ne va pas y légiférer au nom de la laïcité, s’est-t-il déduit. La réaction de l’église Catholique ne s’est pas fait attendre. Son numéro un à Dublin, Diarmuid Martin, Archibishop (archevêque) est monté au créneau « elle (la ministre : NDLR) a provoqué une détresse aux paroissiens et elle poursuit un agenda », s’est-t-il indigné. Mattie Mc Grath, un député indépendant « la ministre doit examiner sa propre conscience « à-propos d’être sur l’autel et d’être une partisane tenace » de la révocation du 8ème amendement de la Constitution (sur la légalisation de l’avortement, le mois de mai dernier : NDLR). Le Pape François ne manquera pas d’éclairer la lanterne de tout un chacun sur la consécration des femmes-prêtres et le mariage des prêtres lors de sa visite papale en Irlande le mois prochain. Tenez, l’Irlande est un pays à 90% Catholique.

Posté par lefrancophone à 00:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Joseph Kabila : le peuple doit s’approprier les élections

LE FRANCOPHONEPLUS  02 juillet 2018 

Par Jean Bonsenge


JS3

Dans son adresse à la nation lors de la commémoration du 58ème anniversaire de l’accession du pays à la souveraineté nationale et internationale, le Chef de l’état congolais a évoqué plusieures questions notamment celle liée au processus électoral. La commémoration de ce 30 juin est unique en son genre car elle coïncide avec l’organisation des élections, plus particulièrement à l’appel de l’électorat et lancement des dépôts des candidatures le 23 juin dernier par la CENI : « « Je me réjouis du fait que la célébration de la fête nationale intervienne cette année, en plein processus électoral. Et particulièrement au lendemain de la convocation des électeurs au troisième scrutin libre, démocratique et pluraliste, prévu par la CENI au mois de décembre de cette année. Ce processus vous vous en êtes appropriés, à différentes étapes de son parcours depuis votre enrôlement massif en 2016 et en 2017 jusqu’au parachèvement des listes électorales. Je vous exhorte à vous y accrocher et à démontrer, s’il en était encore besoin, que c’est bien vous les souverains et c’est à vous de décider du sort et de l’avenir de notre cher et beau pays », a encouragé le chef de l’Etat, rapporte la radio onusienne sur place.

Tout projets de société, tout programmes, toutes politiques dont la population ne s’en approprie pas est voué à l’échec. Il faudrait qu’il y ait un mouvement centripète de la société vers le programme, ceci sous-tend une appropriation (ownership pour les Anglophones), élément clé pour la matérialisation d’un programme. C’est ce qui a manqué à la révolution de la modernité, projet de société far au président Kabila et son gouvernement. Depuis le lancement des dépôts des candidatures pour la députation nationale dans toute l’étendue de la république, il n’y pas d’engouement aux bureaux de réception et traitement des candidatures (BRTC). On constate un certain atermoiement de la part des partis politiques qui devraient présenter les listes de leurs candidats députés. Il est donc de l’intérêt de tous de miser sur l’appropriation, du processus électoral, c’est un état d’esprit !

Posté par lefrancophone à 00:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

RD Congo : Marie Ange Mushebekwa au Conseil des droits de l’homme de l’ONU

LE FRANCOPHONEPLUS  02 juillet 2018

Par Jean Bonsenge


JS1

La 38ème session du Conseil des droits de l’homme (CDH) de l’ONU pour cette année est convoquée à partir du 18 juin 2018 au 06 juillet 2018. La situation des droits de l’homme en RD Congo sera évaluée ce 3 juillet par les Etats Membres, au nombre de 47 dont la RDC en fait partie. La RD Congo sera représentée par Marie Ange Mushebekwa, ministre des droits humains. Marie Ange a déjà un moral d’acier avant le dialogue interactif, car le même 3 juillet les experts de l’ONU vont présenter leur rapport final sur les violations des droits de l’homme au Kasaï, théâtre des hostilités en 2016 et 2017. Deux experts de l’ONU ont d’ailleurs perdu la vie dans cette région du centre du pays à la même période. Selon RFI la Commission des Nations-Unies aux droits humains a déjà publié le rapport de ses experts sur les atrocités commises au Kasaï. Le rapport met en cause les forces de défense et de sécurité de la RDC, les milices Bana Mura et Kamwina Nsapu. Certaines des atrocités sont qualifiées selon le droit international public des crimes contre l’humanité ou des crimes de guerre ainsi que des violations et atteintes aux droits humains. En visite de travail récemment à Kananga la ministre des droits humains a compati à la perte des vies humaines occasionnée par ses atrocités. En revanche, elle s’est insurgée contre certains États Membres qui profitent de la tribune du CDH « « pour régler des comptes aux dirigeants qui ne leur plaisent pas » » lors d’une interview accordée à Radiookapi.net. Elle a renchéri pour dire que tous les États Membres siégeant au CDH « ne sont pas les enfants de cœur » ». Pas de cadeaux à faire peut-t-on conclure. La RDC a été élu membre au CDH le 16 octobre 2016 pour un mandat de 3 ans à daté du mois de janvier 2018. Le CDH a comme mission de veiller à la promotion et à la protection des droits de l’homme par les Etats Membres y compris aux engagements qu’ils ont pris par ratification quant à ce.

Posté par lefrancophone à 00:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

RD Congo : un arrêté ministériel qui défie la mondialisation

LE FRANCOPHONEPLUS  02 juillet 2018 

Par Jean Bonsenge


JS

La prolifération des médias en ligne est la résultante du développement des technologies de l’information et de la communication, élément catalyseur de la mondialisation qui se veut un processus d’interconnexion inévitable. Lambert Mende Omalanga, ministre congolais de la communication et des médias a pris une mesure par décret ministériel, pour réguler le secteur des médias en ligne d’ailleurs en pleine excroissance.  L’édit fait de dix dispositions a été rendu public le 14 juin dernier. L’un des articles proscrit l’incitation à la haine raciale et/ou ethnique, à la violence et condamne la diffamation. Cependant, le syllogisme juridique ayant conduit à la formulation de la 5ème disposition pose problème, dès lors qu’elle entame la liberté de la presse et par ricochet la privation des droits et libertés fondamentales pourtant garantis par la Constitution du pays. En substance, l’article du décret déclare « tout message publicitaire sur un média en ligne doit passer avant sa diffusion aux institutions publiques chargées de la publicité… ». En tout état de cause, le décret ministériel ne défie non-seulement pas ce nouveau type de presse, qui talonne les médias traditionnels, mais aussi la mondialisation et ses prouesses.  

 

Posté par lefrancophone à 00:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2018

LEFRANCOPHONEPLUS-Politique

Élections RD Congo : le go est lancé!

LE FRANCOPHONEPLUS  23 juin 2018 à 20h

 CN

 C'est par la bouche autorisée, Corneille Nangaa, président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) que la convocation du corps électoral pour les élections de décembre 2018 a été annoncée au public. Le président de la CENI a fait cette annonce alors qu'il recevait les leaders des partis politiques et agglomérations politiques à Kinshasa, jeudi, le 21 juin. Son institution convoque l’électorat pour les élections présidentielle, législatives nationales et provinciales du 23 décembre 2018, ce samedi 23 juin. Dès lors que le go est donné, il faudra se mettre en ordre de bataille pour conquérir le pouvoir et l’exercer.

 

Élections en RD Congo Jour J-180 : Nangaa recadre la majorité et l’opposition.

 CN

LE FRANCOPHONEPLUS  25 juin 2018 à 20h45

La pratique de la politique au Congo-Kinshasa a un caractère un peu festif, sans tenir compte du temps et de l’espace. Alors que l’appel au dépôt des candidatures est lancé depuis le 23 juin dernier, le président de la CENI Corneille Nangaa craint qu’il y ait débordement aux bureaux de réception et traitement des candidatures (BRTC), ainsi qu’aux installations de la CENI, à Kinshasa, capitale du pays, comme aux provinces. De ce fait, les militants qui accompagneront leurs leaders lors de dépôt de leurs candidatures devraient s’arrêter à un périmètre pas moins de 200 mètres.   « « Je voudrais rappeler à l’intention de toutes les parties prenantes au processus électoral que les installations de la CENI sont inviolables conforment à la loi. Je voudrais aussi rappeler aussi que le dépôt de la candidature n’est pas à confondre avec la campagne électorale qui interviendra au mois de novembre conforment au calendrier électoral et conformément à la loi. La CENI ne tolèrera pas la présence des militants devant les BRTC. Limite acceptable, 200 m du périmètre. C’est-à-dire ceux de ces acteurs politiques qui s’amèneront avec des militants pour venir déposer les candidatures, vous aurez à vous organiser pour que vos militants restent dans un rayon d’au-delà de 200 m » » a-t-il stigmatisé, selon la radio onusienne (Radiookapi) en RDC. La campagne électorale prévue pour novembre 2018, selon le calendrier électoral, n’ayant pas encore démarrée, les contrevenants s’en prendront qu’à eux-mêmes. La mesure est applicable à tous, sans discrimination aucune, que le(la) candidat(e) soit de l’opposition ou de la majorité ou indépendant(e).

 

Élections en RD Congo : UDPS/Tshisekedi prête!

LE FRANCOPHONEPLUS  25 juin 2018 à 20h45FT

Félix Tshisekedi, nouveau président de l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social) qui a succédé au líder Máximo, Dr. Etienne Tshisekedi wa Mulumba, annonce que sa formation politique, issue de l’opposition de la première ère et y demeurant, est prête à déposer les candidatures de ses membres à tous les échelons des élections. Pour l’instant c’est pour la députation nationale. Du côté du MLC (Mouvement pour la libération du Congo), aussi parti de l’opposition, sous la direction du sénateur Jean-Pierre Bemba, acquitté récemment par la CPI, on temporise.

 

Irlande : Higgins sommé de se prononcer

LE FRANCOPHONEPLUS  25 juin 2018 à 20h45 P

Michael D. Higgins, le président Irlandais en exercice, depuis 2011, est sommé de se prononcer sur son éventuelle candidature à la présidence de la république.  Une certaine opinion l’accuse de mener une campagne insidieuse pour sa réélection. Certains officiels au niveau du gouvernement et des états-majors politiques ont déjà été mis au parfum pour son intention de se représenter, à l’élection présidentielle, prévue en octobre 2018. Gerard Graughwell, l’un des prétendants candidat à la présidence a encouragé Mr. Higgins de faire une déclaration publique à ses intentions, selon le journal Independent. Sa déclaration sur son avenir politique à la fin de son mandat pour ce septennat, permettra aux parlementaires, députés (TDs : Teanna Danna) et sénateurs d’approuver les potentiels candidats président de la république. En ce qui le concerne, l’actuel locataire de Áras an Uachtaráin (Palais présidentiel en irlandais), le sexagénaire, se sent encore vigoureux pour trôner à la tête du pays, même si selon la constitution irlandaise, le président n’assume qu’un rôle protocolaire. La démocratie parlementaire l’oblige. Michael D. Higgins est sociologue et diplômé de NUI Galway. Avant d’être élu président de la république en novembre 2011, il a été député (TD : Teachta Dála) à Galway West sa province natale, puis ministre des arts, cultures et Gaeltacht de 1993 à 1997.

Posté par lefrancophone à 01:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]