Le Francophoneplus 14 septembre 2018
Par Jean Bonsenge

Candidate a la PR 2018 Mj Ifoku

La Candidate Présidente de la République, Madame Ifoku Marie Josée, est montée au créneau pour fustiger l’attitude de la CENI qui l’avait déboutée en premier lieu pour faute de nationalité d’origine concernant sa candidature, alors que selon elle, son dossier était complet. Elle remercie les juges de la Cour constitutionnelle pour avoir dit le droit et l’ont réhabilitée dans ses droits. A ses détracteurs, artisans de la subjectivité politique mal saine, l’assimilant à une fabrique de la majorité présidentielle, elle leur retorque : « je n’ai jamais rencontré le président de la République Mr Joseph Kabila, je le vois comme vous tous à la télévision, donc en aucun moment je me suis levée pour appuyer la majorité présidentielle et sûrement pas le candidat dauphin de la majorité …», dans un élément sonore de l’interview qu’elle a bien voulu accorder à la radio onusienne : Radiookapi.net. Elle est donc une candidate autonome sous le label AENC (Alliance des élites pour un nouveau Congo), son parti politique. Madame Ifoku a un parcours personnel qu’il faudra découvrir et se dit avoir beaucoup d’avantages à se présenter comme femme dans la course présidentielle à prédominance masculine. Il faudra noter que les femmes s’inspirent des valeurs intrinsèques du domaine privé et les amènent à la gestion de la chose publique, et elles sont quasiment moins corruptibles que les hommes du fait de la double sanction qu’elles pourraient recevoir de la société dans laquelle elles évoluent et du système judiciaire de la juridiction dont elles sont justiciables. Placer une femme à la tête du Congo est un moyen efficace pour la lutte contre la corruption politique qui a gangréné le pays depuis son accession à la souveraineté nationale et internationale, le 30 juin 1960 jusqu’à ce jour. Il est donc temps de faire un jumelage entre la subjectivité politique et la subjectivité personnelle enfin de faire bon usage de tous les talents que regorgent la République.